Insurgés

Normalement nous ne devrions pas l’être. On nous bassine depuis notre plus tendre enfance que plus jamais ça. On adapte même le système pour que plus jamais ça ! Et puis PAF ! Les nazillons quand même 🙂
Les pleutres de la création 🙂
Ils sont toujours là. Ils n’étaient d’ailleurs jamais vraiment partis. Toujours très courageux, toujours du côté du plus fort, à la sortie de la dernière comme par hasard ils avaient toujours été résistants ! Seuls les nazillons connus et reconnus, ceux qui, face aux preuves accablantes, ne pouvaient plus nier, ont payé. C’est à dire une poignée. Les autres, la grande majorité, sont retournés se fondre dans la populace recommencer leur travail de sape. Toujours aussi nuisibles, ils tentent de regagner les esprits afin de reprendre les pouvoirs et de faire à nouveau régner la terreur.

Alors ils y a celles et ceux à qui ces discours plaisent, et il y a celles et ceux qui s’insurgent. Car enfin, comment ne pas l’être lorsque l’on assiste à la torture, à la cruauté, à l’agonie, au sadisme gratuit, aux traumatismes, aux fourberies, aux exécutions sommaires, aux exactions, aux familles déchirées, décimées, à la mort, au sang des innocents que leurs frères, plongés dans des délires absurdes totalement irrationnels, répandent sur le sol ?

Les nazillons dépenseront chaque instant de chaque seconde de leurs minables existences de dégénérés débiles à et frustrés à prôner la supériorité de leur race afin de tenter d’anéantir l’existence d’autres humains.

Les Nazillons sont-ils d’extrême-droite ?

Carrément ! Pas d’alternative, leur place est exactement celle-ci !

Et c’est quoi l’extrême-droite ?

C’est les nazillons !
Les deux choses sont si intimement liées à la base qu’il s’agit bien là exactement de la même chose.

Autour des nazillons gravitent les bisounours et qui viennent grossir les rangs des nazillons. Au plus fort de leur courage, les bisounours choisissent le bon coté de l’arme, le moins pointu, abandonnant ainsi l’idée commune et le vivre-ensemble. Ils savent que les nazillons sont méchants et dangereux, ils choisissent de les soutenir afin d’obtenir des privilèges, dont celui – pensent-ils – d’être épargnés lors du carnage final qu’ils souhaitent alors secrètement.

La différence publique entre le bisounours et le nazillon est que le bisounours n’est même pas raciste, d’ailleurs son meilleur ami est noir-arabe-juif… rayez les mentions inutiles.
Alors que nous autres, qui ne voyons que des humains, n’avons que des amis 🙂 Sauf les nazillons bien entendu 😉 Et encore: même pas sûrs 😀

Et l’ultra-gauche alors ?

On disait autrefois extrême-gauche. C’était pratique car on pouvait plus facilement l’amalgamer alors avec l’extrême droite dont elle est (très) proche; et le mot « extrême » avait aussi un peu tendance à faire fuir. Et puis, sans doute un instruit d’influence nazillonnounette quelconque, a décidé un jour qu’il fallait dire « ultra-gauche », histoire de dédiaboliser cet outil pratique à l’extrême-droite pour enrôler, de lui donner figure plus attirante puisque la porosité entre les extrêmes est, elle, bien réelle.
Car cela doit être bien clair pour tout le monde: l’ultra-gauche est une invention nazillonne, un outil confusionniste des nazillons pour embrigader.

Les mouvements de gauche, même très-très-très à gauche, n’emploient pas de méthodes violentes. Dès qu’il y a usage intentionnel de violence à l’encontre de personnes alors il y a nazillonnisme, et donc nazillons; et donc extrême droite.

Ainsi l’ultra-gauche, que les nazillons désignent à la vindicte pour justifier leur propre violence, n’est pas à gauche mais à l’extrême-droite.

Dit autrement, les nazillons désignent d’autres nazillons comme étant de l’ultra-gauche, les nazillons se désignent eux-même comme étant de l’ultra gauche, les nazillons se désignent eux-mêmes comme étant de gauche.

Vous ne l’aviez pas vue venir celle-ci, n’est-ce pas ? 🙂

Voici quelques éléments:


Et donc:

Le socialisme n’est jamais « national ». « L’internationale » d’ailleurs est même le nom de leur hymne 🙂
Le socialisme prône l’abolition des frontières qui ne servent qu’à une chose: tenter de contenir des n̶a̶z̶i̶l̶l̶o̶n̶s̶ militaires en mal de les traverser pour aller planter des trucs pointus dans le ventre du voisin rebaptisé « ennemi » ou « terroriste » pour l’occasion, faire les razzias, cramer ses baraques, violer ses femmes et autres joyeusetés du style.

Le nationalisme est le point de passage obligé du nazillonnisme vers la violence sociale, les exactions et la mort.

Bref: L’ultra-gauche n’existe pas: à gauche il n’y a que des enfants du socialisme.
L’ultra-gauche c’est l’extrême-droite !

Où sont les nazillons ?

Absolument partout !

Vous pensez vraiment pouvoir les reconnaître ? Et bien détrompez-vous: ils sont toujours fondus dans la populace, déguisés en gens de tous les jours. Sans déconner vous les pensiez vraiment en uniforme SS de la dernière guerre ? 😀 Et bien c’est une erreur: le fascisme avance masqué.
Vous vous pensez loin d’eux ? C’est encore raté. Ils sont beaucoup plus proches que vous ne le croyez. Ils ne vous feront aucun mal, physiquement parlant s’entend. Parce que c’est risqué d’abord puisque interdit; et puis ils sont très bien là où ils sont, à guetter la moindre faille afin d’y glisser sournoisement les outils de la manipulations d’esprit. La couverture est parfaite, et souvent les avantages qui tombent mettent le beurre dans les épinards et des cerises sur les gâteaux. Parfaitement ! Vous travaillez pour gratuit vous ?

Comment progresse l’extrême-droite ?

À l’aide de confusionnisme, de complotisme, de mensonges. Et puis de farfouillage sans vergogne aucune dans vos vies privées, et puis d’intimidations, de menaces… Gardez votre vie privée privée ! « Je n’ai rien à cacher » est  le slogan favori des nazillons qui, eux, restent totalement à couvert !

Ceci doit être compris, dit, et répété: le confusionnisme, le complotisme, le populisme, sont les planches savonneuses qui mènent droit à l’extrême-droite !

Quel sont ses buts ?

L’exclusion, l’intolérance, la haine, les privilèges et les passes-droits, les inégalités, et surtout la violence. Même si tout cela est nié en bloc.

Les nazillons nient tout, car le moyen de parvenir aux buts est l’infiltration de toutes les couches de la population à tous les niveaux, d’être un minimum actif en désinformation dans la plus absolue discrétion.

Comment lutter contre l’extrême-droite ?

Et bien pas par la violence déjà 🙂
La violence est leur domaine, et uniquement le leur ! Rien ne sert donc de les affronter physiquement. Lutter contre la violence par la violence ne fera que nourrir l’escalade de la violence, ce qui ravira les nazillons ! De plus, et si par malheur ils étaient défaits, ils ne manqueraient sous aucun prétexte de chouiner, se positionner en victimes, et les juges leur donneraient raison parce qu’on ne peut pas taper comme ça sur les gens. Vous maudirez alors la justice, les médias complices qui ont rapporté les faits à leur sauce, et puis en vrac le système qui est pourri, vous seriez qualifiés de « groupuscule d’ultra-gauche »… ça y est vous avez glissé à l’extrême-droite !
Que faut-il faire alors ?

Et bien dans un premier temps il faut cesser de se voiler la face et assumer sa position politique. Être par exemple de gauche n’est toujours pas une maladie honteuse !
Dans un deuxième temps il faut voter afin de concrétiser ce rejet par les urnes. Car, et bien qu’ils prônent publiquement exactement le contraire, les nazillons vont voter, eux ! Et plutôt plusieurs fois qu’une lorsqu’ils le peuvent – faire voter les morts, bourrer les urnes, toussa. Lorsque l’on cède au baratin confusionniste du « tous pourris » et que l’on refuse de se rendre aux urnes pour cette raison, on se prive d’un moyen de lutte efficace et sans violence, le seul capable de tenir les nazillons loin des pouvoirs.

Surtout: on lutte contre l’extrême droite en la ridiculisant. Tout, dans la lutte antifasciste, ramène à ce presque unique moyen d’empêcher ses semblables de céder aux douces sirènes nazillonnes de la facilité individuelle inégalitaire en complète contradiction avec nos obligations de vivre ensemble en paix. On lutte donc d’abord et avant tout contre l’extrême-droite en usant de sarcasmes et de dérisions.

On lutte contre l’extrême-droite en faisant tomber les masques, révéler au monde entier qui sont les nazillons. On lutte contre l’extrême-droite en les bannissant partout où ils se trouvent.

On lutte contre l’extrême-droite en s’exprimant, en clamant que le racisme, la xénophobie et l’exclusion restent interdits, autant moralement que pénalement. On lutte contre l’extrême-droite en s’exprimant et en défendant ce droit !

On lutte contre l’extrême-droite en soutenant la Démocratie et l’abolition des frontières, seules à même de rendre les nazillons à l’état d’inutiles épaves désabusés errants seuls, hagards, le regard vitreux, dans les rues pleines de sourires 🙂

On lutte contre l’extrême-droite en n’avalant pas toutes rondes les infos servies sur les réseaux, et en se dépêchant de les repartager sans même les avoir vérifiées. On lutte contre l’extrême-droite en cherchant d’autres sources, et pour faire cela ce site Web est vraiment très bien fait !

Il est des façons de lutter contre l’extrême droite. Occuper la place entre la chaise et le clavier à argumenter contre les idées qu’ils diffusent sournoisement sur les réseaux avec ce qu’ils appellent un « faux-profil » (ça n’existe pas « les faux-profils »: le pseudonymat est un droit. N’est-ce pas Monsieur Johnny Halliday ? 🙂 ) en est une qui les dérange beaucoup ! On lutte contre l’extrême-droite en faisant marcher son cerveau !

Mais surtout, surtout: on lutte contre l’extrême-droite en s’insurgeant face à la monstruosité et la banalisation des idées de violence sociale au quotidien.

Allez. Bonnes luttes. Restez prudents tout de même, masquez-vous, usez de propos dérangeants, ne laissez rien passer, n’oubliez pas de rester insurgés pour que vraiment « plus jamais ça » !

Jules

A propos Jules

Effronté survivant d'une espèce victime d'auto-lobotomie
Ce contenu a été publié dans littérature. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Insurgés

  1. Vesta Vesta dit :

    Merci, Jules 🙂

  2. Avatar Donnola dit :

    Parfait Jules

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

The maximum upload file size: 2 MB. You can upload: image, document, text, archive, other.